À propos

L’histoire du livre:

Durant plus de deux ans, de 2015 à 2017, j’ai parcouru la France à vélo pour explorer les œuvres littéraires et j’ai voulu le faire avec elles. D’Annecy jusqu’à Saint – Malo, de Lyon jusqu’à Bruxelles, de Barcelone à Boulogne-sur-mer, j’ai tenu le carnet de ces aventures sur ce site internet. Des maisons de nos plus grands auteurs jusqu’à leurs sépultures, de leurs univers d’écriture jusqu’aux routes de leurs personnages,  j’ai rencontré une France et une littérature qui sont l’objet de mon premier roman, Bicyclettres, paru hors-collection en janvier 2018 aux Editions du Seuil. Cet espace numérique est particulièrement important pour moi car c’est grâce à lui que le roman a été publié. Précisément, suite à la publication au Printemps 2017 d’une série d’articles présentant mon aventure littéraire à travers la France, des maisons d’édition m’ont contacté et j’ai eu la chance de pouvoir travailler avec mon éditeur actuel, F.M. [Visible ici: Dossier de presse]

J’ai aujourd’hui 21 ans et continue d’alimenter ce site internet. Il me sert désormais à suivre la vie de mon livre en annonçant les événements et rencontres qui le concernent comme en partageant des textes qui lui sont annexes. Il faut donc considérer cet espace comme un domaine étendu du livre via le numérique. Puisse-t-il aussi rester l’occasion pour vous de m’aborder plus facilement.

 

Jean-Acier Danes –  © J. Panconi pour les Editions du Seuil, Paris, Août 2017.

    Portrait:

       Après mes classes préparatoires Hypokhâgne – Khâgne à Lyon, j’habite entre deux voyages à Paris, où je suis aussi étudiant en master de recherche à la Sorbonne-Nouvelle, travaillant actuellement sur une oeuvre de la tétralogie de Blaise Cendrars, Bourlinguer.  Je me consacre à l’écriture de prochains textes qui ne sont plus liés au vélo, et dont je parlerai peu ici.

Ce qui va suivre résume maladroitement l’esprit qui a fait naître Bicyclettres. 

“Amoureux d’exploits et de littérature depuis mon enfance, j’ai plongé dans le monde de la longue-distance (plus de 200kms par jour) via les pionniers de la Transcontinentale. Cette course, de plusieurs milliers de kilomètres m’a passionné alors que j’ai commencé à la suivre durant sa première année. Le problème, c’est qu’en parallèle mes explorations littéraires me donnaient une fièvre de voyage, de ranimer un matériau qui vit dans les livres.

      J’ai passé deux ans à pédaler dans mon coin des petites distances, aussi le soir venu je rentrais chez moi et je m’accoudais derrière l’écran ou les pages de mes livres, les yeux emplis de vie quand je lisais attentivement les récits de ces périples. Un matin, j’ai eu envie de partir à mon tour, d’aller plus loin, de prendre le pli des kilomètres. À 18 ans, je n’avais nullement la condition physique, la mienne étant plutôt littéraire. D’ailleurs, physiquement ou culturellement, je ne suis jamais prêt à recevoir tout ce qui advient dans un voyage d’endurance à vélo. Disons que j’avais envie de rompre avec l’aventurier passif pour retrouver toute cette vie au dehors. Loin d’être moralisateur, je trouve que nos sociétés ont leurs charmes, mais elles oublient trop souvent les choses concrètes au profit d’une virtualisation excessive. Un bon vélo, une sacoche et à manger ; on peut découvrir tant avec si peu. Étudiant, je n’avais pas de moyens financiers énormes, alors je suis parti proche de chez moi avant tout. Mais j’y suis allé et je ne regrette rien.  Paradoxalement, j’écris aujourd’hui un blog, virtualisant à ma manière une aventure qui tire son origine d’un besoin de renouer avec des réalités physiques, au dehors. Ce blog, à l’avenir devrait donner lieux à un livre que j’écris à côté de mes cours.

     Je fais régulièrement de belles découvertes sur moi-même ou au bord des routes. Tadié disait que « l’aventure c’est l’irruption du hasard ou du destin dans la vie quotidienne ». Au delà du défi sportif, c’est-à-dire enfourcher mon vélo et prendre un argentique, j’erre à la fois dans des régions que j’aime tant ou bien dans celles que j’ignore totalement. La géographie se mêle à l’histoire, quand on se perd en montagne ou bien qu’on tombe sur un mémorial, comme en Picardie. J’en ai profité pour me faire des amis fraternels et qui dépassent bien souvent le cadre du vélo, des belles rencontres et des épopées à ma taille. Depuis, je roule toujours plus loin de chez moi et avec toujours plus de passion, en emportant sur la route ceux qui se passionnent tant pour la littérature que pour l’aventure et la performance à bicyclette.

     Je n’ai pas grand chose à ajouter, à part que si le désir vous guette, alors n’attendez plus. C’est que quelque part, si je vous pousse effectivement à prendre la route, mon projet sera réussi.”

Partagez Bicyclettres avec des amis !

3 Comments

  1. […] Jean-Acier Danès est un étudiant en Lettres Modernes partageant ses élans entre vélo et littérature. Durant l’été 2015, il a parcouru la France sur les traces des grands auteurs, accompagnant ses tours de roues de pages d’œuvres majeures. De cette prime expérience vécue sur la route, le décor alternant entre panoramas et mots choisis, est né le blog Un vélo pour des mots. […]

    Reply
  2. ROEA
    November 01, 2016

    Belle Initiative.
    Suite à mon voyage à Beyrouth en 2013, j’ai imaginé un projet composé de trois objectifs:
    Favoriser l’écriture, promouvoir la pratique cyclo, et rapprocher les pays francophones comme la Tunisie. Le nom de notre association UNE PLUME DES JAMBES;
    Après Grenoble – Sfax en 2015, nous ferons en 2017 Sfax-Grenoble avec des cyclo-tunisiens.
    Encor bravo pour ta démarche littéraire.
    Alain
    http://www.uneplumedesjambes.sitew.fr

    Reply
  3. Rojas
    October 19, 2017

    Buena ruta. Belle initiative.

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *